Le “Christ en croix” de Charles Le Brun


Charles Le Brun a été l’un des grands peintres français du XVIIe siècle. Son nom est synonyme du siècle de Louis XIV et restera pour toujours lié à ceux de Le Vau et de Le Nôtre. Il a été le patron de toutes les grandes entreprises de l’époque, celle du château de Vaux, de l’hôtel Lambert à Paris, du château de Versailles, de la direction de la Manufacture des Gobelins, de la fondation de l’Académie royale de peinture. Il a été l’un des héritiers de Simon Vouet et considéré à l’égal de Nicolas Poussin. Il a peint de grands décors, à l’époque et pendant longtemps, considérés comme étant la « grande » peinture, la seule qui vaille, mais son œuvre de peintre de chevalet reste peu abondante, et moins connue et par conséquent moins appréciée, bien qu’elle compte beaucoup de chefs d’œuvre, tels que Hercule terrassant Diomède (Nottingham, Castle Museum and Art Gallery), La mort de Caton (Arras , Musée des Beaux-Arts, L’adoration des bergers, Paris , Musée du Louvre), son dernier et très émouvant tableau. Elle est d’autre part aujourd’hui rarissime.

le-brun

Le Christ en croix qui se trouve dans la vente de la collection Jacques Thuillier le 28 mars 2012 appartient à cette catégorie. Il est d’autant plus remarquable qu’il se situe dans les débuts de l’artiste, vers 1638-1639 à une date proche du célèbre Christ en croix qui a appartenu à Catherine II de Russie et se trouve aujourd’hui au Musée Pouchkine à Moscou.  Ce tableau a été à ce point célèbre que Charles Le Brun en a exécuté des variantes : une de celles-ci, peinte sur bois, se trouve au Musée départemental Georges de La Tour à Vic-sur-Seille. Il présente de profondes modifications en bas de la composition pour le paysage et l’introduction des personnages ainsi que le traitement des angelots dans le ciel, qui améliorent considérablement la vision d’ensemble de l’œuvre. Ce tableau a été gravé par François Poilly du vivant de Le Brun.

le-brun-angelots

Une autre version, celle-ci peinte sur toile, est de dimensions un peu plus grandes : elle présente peu de variantes par rapport à la précédente, et elle se trouve même de qualité supérieure quant à sa facture et à son raffinement coloré. L’existence de ces deux tableaux montre bien le succès rencontré par Le Brun à ses débuts et la demande importante à laquelle il était confronté. Il est extraordinaire que ces deux œuvres aient été retrouvées par Jacques Thuillier et qu’elles lui aient appartenu.

Jacques Thuillier, qui a été l’un des plus grands historiens de l’art de sa génération, est un spécialiste de l’art du XVIIe siècle. Il a notamment organisé en 1963 la première exposition rétrospective de Le Brun au château de Versailles ; son catalogue, écrit avec Jennifer Montaigu pour les dessins, est un modèle d’érudition et un ouvrage de référence.

le-brun-basLe tableau sur bois fait partie de la donation qu’il a effectuée avec son frère Guy Thuillier au musée de Vic-sur-Seille avec 79 autres peintures, lors de la création de ce musée destiné à abriter le Saint Jean Baptiste dans le désert de Georges de La Tour acquis par le département de la Moselle. Le tableau sur toile restait encore dans sa possession au moment de sa disparition. Il est proposé aujourd’hui aux enchères avec un ensemble d’oeuvres restant de sa collection.

Pour consulter le catalogue de la vente du 28 mars 2012 : cliquez ici.


No Comments, Comment or Ping

Reply to “Le “Christ en croix” de Charles Le Brun”