Hergé, “L’île Noire”, 1938


Hergé, qui est un auteur universel, est un des plus grands dessinateurs de la bande dessinée, le créateur d’un style qui allie le génie du trait à l’art de la composition pour donner des images uniques et inoubliables. Depuis ses premières pensées, ses crayonnés (voir la préparation d’une planche de “Tintin au Tibet” dans la même vente sous le numéro 359), toutes ses études, jusqu’à l’aboutissement de chacun de ses dessins, du motif ou de la figure isolée à la planche entière sans parler des sujets traités et de la conduite du récit, l’art d’Hergé s’est imposé dans le monde.

Hergé (1907-1983), L'île Noire, 1938

Hergé (1907-1983), L'île Noire, 1938

Tous les volumes de Tintin et Milou, ceux également magnifiques des aventures de Jo et Zette et ceux de la série moins connue, mais combien exceptionnelle par leur degré de simplicité, montrant les exploits de Quick et Flupke, témoignent de la force et de l’unité de son style ainsi que de l’universalité de sa vision.

On voit ici le dessin fait pour une couverture du journal Le Petit Vingtième où paraissait en feuilleton les aventures de Tintin, avant la création en Belgique du Journal de Tintin en 1946 : il s’agit du numéro 6 du 10 février 1938 pour lequel Hergé choisit de représenter un moment particulièrement dramatique de son histoire intitulée L’île noire qui se déroule notamment en Ecosse : celle du face à face au sommet du donjon du château , devant la mer, de Tintin avec un gorille en liberté et particulièrement agressif. Tout est dans la composition, c’est-à-dire le cadrage, mettant en rapport les protagonistes de la scène, la bête vue de face, dans la partie gauche et emplissant la quasi totalité de l’image, Tintin situé à droite, vu de trois-quarts arrière, coupé par le cadre : leur place et leur importance dans la composition traduisent visuellement le caractère problématique de la situation. Le décor est simple, efficace, la mer étant représentée par le trait de l’horizon. Quant au dessin, précis, économe, définissant les formes au moyen du trait, sans ombre, mais sachant répartir les taches noires des encrages, il illustre parfaitement le style d’Hergé qui a été qualifié de «  ligne claire » et qui a fait école.

Une planche d’une exceptionnelle qualité.


One Comment, Comment or Ping

  1. This was a really nice post.

    novembre 3rd, 2011

Reply to “Hergé, “L’île Noire”, 1938”