Charlotte Perriand
Bibliothèque de la Maison de la Tunisie


Charlotte Perriand est devenue au cours de la dernière décennie la créatrice de mobilier contemporain la plus célèbre dans le monde. Cette notoriété, qu’elle partage avec Jean Prouvé, elle la doit à son inventivité dans le domaine des formes, à sa maîtrise des techniques et des matériaux, enfin à la beauté de ses différentes réalisations. Elle a en effet créé quelques-uns des meubles qui, aujourd’hui, caractérisent le style du 20e siècle, la chaise longue basculante qu’elle conçoit en 1928 avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret dans l’atelier desquels elle travaille de 1927 à 1937, la table en forme avec ses variantes, éditée par la galerie Steph Simon et dont le premier modèle date de 1939, ainsi qu’une extraordinaire série de bibliothèques réalisées au début des années 1950 qui, à elles seules, font la synthèse de sa création toute entière, illustrent sa démarche de façon exemplaire et témoignent de la force joyeuse et tranquille de son style.

La Bibliothèque pour la Maison de la Tunisie proposée par Artcurial en est un parfait exemple. Elle date de 1952 et comme son titre l’indique, elle a été conçue pour la Maison de la Tunisie construite à Paris à la Cité universitaire par l’architecte Jean Sebag qui était né en 1909. On le sait, la Cité universitaire, composée de résidences pour étudiants est un des sites où se trouve concentré un très grand nombre de chefs d’oeuvre de l’architecture du 20e siècle, à commencer par l’extraordinaire Pavillon suisse de Le Corbusier et Pierre Jeanneret, le Collège néerlandais de Willem Marinus Dudok, la Maison du Brésil de nouveau due à Le Corbusier avec Lucio Costa, la Maison de l’Iran de Claude Parent associé à deux architectes iraniens. Parmi ceux-ci la Maison de la Tunisie, importante construction, sévère dans son ordonnance et remarquablement agencée par Jean Sebag, qui avait été diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1942 et dont l’une des particularités était à l’époque d’avoir adhéré au Groupe Espace, comme d’autres architectes de sa génération tels que Jean Ginsberg, Bernard Zehrfuss, Rémy Le Caisne, Paul Herbé, aux côtés de Walter Gropius et Robert Le Ricolais.

Le Groupe Espace, issu du Salon des Réalités nouvelles, avait été créé en 1949 par le peintre Félix del Marle, puis dirigé à partir de 1952 par André Bloc : son objectif, qui était celui du Bauhaus et du Stijl, eux-mêmes dans la continuité du mouvement des Arts and Crafts et du Werkbund allemand, était de travailler à la synthèse entre les arts et de faire collaborer les peintres, les sculpteurs, les ensembliers et les architectes à la réalisation d’œuvres communes. De même que Bernard Zehrfuss par exemple construisant les usines Renault à Flins confie la polychromie de ses bâtiments à Félix del Marle précisément ou Jean Ginsberg la décoration de ses halls d’immeubles à Victor Vasarely, Jean Sebag charge Charlotte Perriand de l’aménagement des 40 chambres d’étudiants de la Maison de la Tunisie. C’est dans ce cadre qu’elle installe un meuble de rangement avec étagères sur le grand mur de la pièce selon le modèle de la bibliothèque à plots qu’elle a mis au point ; l’ensemble est constitué d’étagères en bois de sapin, de plots en tôle d’aluminium laqué et courbé en forme de U, servant d’entretoises et qui existent en 4 hauteurs, de portes coulissantes qui peuvent être de différents matériaux avec une poignée saillante sur toute la hauteur et de pièces de fixation (équerres, tiges filetées). L’assemblage des différents éléments fonctionne comme un jeu de construction. Le nombre d’étages, celui des espaces formant casiers dans lesquels peuvent s’insérer des tiroirs en forme de bacs sont donnés au gré des besoins, de la place disponible et de l’effet décoratif recherché.

Le modèle de la Maison de la Tunisie présente toutes ces caractéristiques. Il comporte 4 étagères de hauteur différente, des plots de couleur rouge, jaune ou noire, des portes coulissantes en aluminium à la surface gaufrée, de couleur blanche, jaune ou rouge. Le corps principal repose sur un long et large plateau en bois de pin massif, débordant à droite, ceinturé d’une cornière en métal vissée et peinte en vert, le tout reposant sur deux massifs en bois en forme de fuseau. Le plateau débordant tantôt à gauche, tantôt à droite comme ici, constitue l’une des particularités de ce meuble : il occupait ainsi toute la largeur disponible du mur. Son autre particularité tient à sa couleur. Dans le cadre du travail au sein du Groupe Espace, la polychromie en avait été demandée à des peintres de cette association tels que Sonia Delaunay et ici, Nicolas Schöffer. Si la première était célèbre, le second était alors au tout début de sa carrière qui devait le voir consacré quelques années plus tard comme l’un des maîtres de l’art cinétique. L’ensemble, par ses formes et ses couleurs, joue ici le rôle d’un tableau ou d’une sculpture murale et montre bien quel a été le souci d’intégration de ses auteurs. Sorti de son cadre, ce meuble affirme dans sa dissymétrie encore plus de présence et témoigne, en même temps que de son aspect fonctionnel et de sa fabrication standardisée dans les Ateliers de Jean Prouvé, de sa valeur éminemment plastique.

Charlotte Perriand en a donné deux variantes, l’une, la même année, pour la Maison du Mexique, autre remarquable construction, toujours à la Cité universitaire d’Antony dont elle avait aménagé les 77 chambres, et une autre, suspendue, intitulée Nuage, qui sera éditée par la galerie Steph Simon à Paris. Par leur conception, leur mode de production et leur aspect esthétique que l’on peut d’ailleurs rapprocher de l’étagère Storage Units créée à la fin des années 1940 aux Etats-Unis par Charles et Ray Eames, les bibliothèques de la Maison de la Tunisie ainsi que celles de la Maison du Mexique de Charlotte Perriand comptent à juste titre parmi les meubles aujourd’hui les plus célèbres de la deuxième moitié du 20e siècle.

 

Vente Design le 10 novembre 2014

 


No Comments, Comment or Ping

Reply to “Charlotte Perriand
Bibliothèque de la Maison de la Tunisie”