Un chef d’œuvre d’Hergé


Cliquez pour agrandir l'imageIl s’agit du dessin connu de tous, redécouvert à chaque nouvelle lecture et suscitant toujours autant de réactions de surprise et de ravissement. Il se trouve sur les pages de garde qui ornent au début et à la fin tous les albums de Tintin. On y voit dessinés en blanc sur un fond bleu uni Tintin et Milou dans des positions particulières qui évoquent leurs différentes aventures.

Il s’agit du dessin original de 1937 sur une grande feuille de 35 x 53 cm réalisé par Hergé, qui a paru dans l’album L’oreille cassée et dans la première réédition de Tintin au Congo en 1937 ; il a été conservé jusqu’en 1958. L’idée, magnifique, d’orner les pages de garde des volumes d’un ensemble de vignettes représentant Tintin et d’occuper cet espace en le faisant participer à l’ensemble est, comme l’indique Marcel Wilmet, une initiative de l’éditeur. Hergé a donc répondu à la commande en créant de façon originale une anthologie de différents épisodes ou d’actions particulières évoquant chacun des albums parus à cette date depuis Tintin au pays des Soviets en 1930 jusqu’à L’oreille cassée de 1937 illustré par 8 vignettes comme Les cigares du Pharaon de 1934.

detailOn y trouve même une représentation de Tintin et Milou dans le grand Nord habillés comme il convient pour une aventure qui n’a pas été réalisée. Les Dupondt en costume chinois sont présents, mais pas le capitaine Haddock. Les vignettes représentées illustrent des actions ou des épisodes particuliers des aventures de Tintin, dans un pousse-pousse, en pirogue en voiture de course, en avion, en auto-mitrailleuse, à cheval, dans différents costumes, de cow-boy, d’Hindou, de Chinois, de militaire, en armure et dans toutes sortes d’attitudes, marchant, courant, ramant, sur le dos d’un buffle, plongeant, sortant de l’eau avec Tchang. Chacune de ces images contient en elle-même une histoire.

detail6On retiendra ici la magnifique leçon de dessin, uniquement au trait, sans modelé, sans hachure, sans ombre, qui caractérise l’art d’Hergé et qu’on a qualifié de « ligne claire ». Son style apparaît d’autant mieux qu’il est ici en négatif, traits blancs sur fond sombre, à l’identique des « bleus » d’architecte. Les dessins remplissent cette double page comme s’il s’agissait de motifs décoratifs ou abstraits, mais il ne s’agit pas d’une addition de vignettes mises côte à côte. La double page est composée par rapport à un axe central, qui correspond à la pliure, chaque page étant ensuite arrangée de sorte qu’il n’y ait pas de motif privilégié : ni centre ni bords extérieurs, mais chaque sujet est placé par rapport à ses voisins pour entretenir une correspondance plastique et de telle sorte que les directions soient prises en compte. On part toujours de l’extérieur pour se diriger vers l’intérieur et chaque angle est occupé par un personnage qui se dirige ou regarde vers l’intérieur, par exemple le cavalier en haut à gauche de la page de gauche, Tintin et Tchang en bas à droite de la page de droite. Une magistrale leçon de composition.

Vente L’Univers du créateur de Tintin le 24 mai 2014


No Comments, Comment or Ping

Reply to “Un chef d’œuvre d’Hergé”