Georges Candilis : meubles


Paire de chaises, 1969Des meubles de Georges Candilis ne sont pas une chose courante. Georges Candilis a été un architecte et urbaniste important, actif et reconnu de la deuxième moitié du 20e siècle en France à l’époque de la reconstruction et de la période des Trente Glorieuses qui a suivi. Son nom est associé à quelques-uns des ensembles emblématiques des années 1960, comme la Cité de Toulouse –Le Mirail qu’il réalise avec Alexis Josic et Shadrach Woods et qui restera comme un exemple de « Ville nouvelle » avec tout ce qu’elle comporte de générosité, d’utopie et d’échec.

Candilis, qui est né en 1913 et décédé en 1995, a fait ses études à l’École supérieure polytechnique d’Athènes. Venu à Paris après la guerre, il a d’abord été assistant d’André Lurçat, puis est entré en 1946 dans l’atelier de Le Corbusier où il a collaboré avec l’architecte américain Shadrach Woods à l’étude puis à la construction de l’Unité d’habitation de Marseille. Il travaille ensuite avec ce dernier au Maroc et en Algérie où il construit des logements collectifs. Il rentre en France en 1955 et s’associe avec Shadrach Woods et Alexis Josic pour répondre à la commande de gigantesques programmes de logements dans la région parisienne ainsi qu’à Bagnols-sur-Sèze dans le Midi. En 1961, il remporte le concours de ce qui est devenu le « Grand ensemble » de Toulouse-Le Mirail. Par la suite, Candilis sera appelé seul pour aménager le littoral du Languedoc aux côtés de Jean Balladur et de Jean Le Couteur. Il est l’architecte en chef des stations balnéaires de Port-Barcarès et de Port-Leucate dont il conçoit l’urbanisme et construit les différents édifices de 1964 à 1972.

Table basse et tabouret, 1969Pour la résidence Les Carats à Port- Leucate, il dessine un mobilier original avec la collaboration d’Anja Blomstedt, qui comprend des tables, des chaises et des tabourets. Ces meubles sont constitués d’éléments modulaires assemblés au moyen d’équerres, bien dans la lignée des théories de la standardisation en vigueur dans l’architecture fonctionnaliste et des principes d’économie qui la régissent. Trois exemples en sont ici proposés : une chaise, un tabouret, une table basse. Les éléments standardisés en bois qui composent les montants et traverses de la chaise et du tabouret, l’assise de la chaise et le plateau de la table sont assemblés à angle droit au moyen d’équerres en fonte d’aluminium de façon à laisser les chants apparents. La forme très sommaire, voire brutale, qui en résulte évoque directement les créations exemplaires de Gerrit Rietveld dans le domaine du mobilier. On notera pour l’anecdote que Candilis a été un grand collectionneur de mobilier en bois courbé.

Vente Design le 19 Mai 2014


No Comments, Comment or Ping

Reply to “Georges Candilis : meubles”